Pierre Lavogez

Manager

Heureux papa et amateur de sports. Il aime la stimulation des situations auxquelles sont confrontés nos clients et comment on y répond, en les rendant acteurs des solutions et leur explicitant franchement leurs conséquences.

Il a beaucoup travaillé sur la prise de décision et la gouvernance pour lesquelles il livre ses convictions ci-dessous.

C’est quoi le problème avec votre prise de décision ?

Gouverner, piloter, diriger, les termes sont nombreux pour indiquer cette pratique qui pousse une équipe de direction à animer ses équipes pour définir une direction et veiller à progresser vers celle-ci. Nous parlons de décision, car c’est bien souvent le sujet au cœur de ces pratiques. Les dirigeants souhaitent qu’elles soient prises et mises en œuvre en cohérence avec le projet collectif. En tant que dirigeant, vous avez sans doute déjà eu le sentiment que vos équipes s’en remettent trop souvent à votre avis pour mener leurs actions, ou que leurs résultats ne servent pas votre projet collectif, ou encore que les décisions prises ne sont pas mises en œuvre...

Pour décider, commencer par sauter !

Ce sont les principaux symptômes d’une décision défaillante au sein d’une organisation. Nous sommes convaincus que la décision s’organise de son émergence à sa réalisation. Le pas souvent le plus difficile est celui de passer à l’action. Les meilleures décisions ne sont pas nécessairement celles qui sont les plus réfléchies, et il est certain que seules celles mises en œuvre pourront l’être. Ainsi avant de travailler à tout ce qui rendra votre décision de meilleure qualité, nous sommes convaincus qu’il importe de travailler à ce qu’elles se réalisent. Pas de secret, pour cela il s’agit d’organiser la délégation et la responsabilisation. D’une part pour que la décision soit prise le plus proche du terrain (c’est souvent là que se situe l’expertise) et pour les décisions nécessitant davantage de préparation, il s’agit d’impliquer le plus tôt possible ceux qui devront mettre les décisions en œuvre, pour les rendre auteurs de ces décisions, et les engager dans leur réalisation.

Travailler la posture des acteurs et la structure du processus de décision

Une fois ce socle essentiel mis en place, nous pourrons travailler à renforcer l’ensemble du processus de décision, notamment sur 2 axes : l’organisation du système de décision pour favoriser la circulation de l’information et permettre de déclencher le processus de prise de décision avec des outils et pratiques adaptés, mais aussi la posture des participants à la prise de décision, notamment pour appréhender le contexte dans lequel l’organisation évolue (Volatilité, Incertitude, Complexité, Ambiguïté) et les aider à développer des réflexes individuels et collectifs pour prendre ces décisions.

Une organisation de la décision à l’image du dirigeant

Nous sommes également convaincus que la prise de décision d’une organisation est le reflet de son dirigeant et de la culture d’entreprise. Le meilleur exemple de cela est le niveau d’information dont souhaite disposer le dirigeant pour avoir le sentiment de piloter correctement. Certains préfèrent des tableaux de bords chiffrés et étayés pour déclencher des actions, quand d’autres s’appuient davantage sur le ressenti des équipes.